Projet SANTE

Description du projet

Les tendances démographiques et socio-économiques, les conflits et dans certains cas, les changements climatiques sont parmi les facteurs qui influencent la dynamique des migrations dans le monde. Plus particulièrement, un nombre important de personnes décident de quitter leur pays d’origine dans le Moyen-Orient et l’Afrique subsaharienne et tentent des voyages dangereux à la recherche de sécurité et de meilleures opportunités de vie. Ils migrent à travers l’Égypte, la Libye, le Maroc, la Tunisie ou d’autres pays de la région tels que le Yémen – vers les pays voisins ou vers l’Europe.

 

Bien que la plupart des migrants considèrent au départ le Maghreb et le Mashreq  ainsi que le Yémen  comme des pays de transit, dans un bon nombre de cas, ils deviennent de facto des pays de destination puisque de nombreux migrants sont incapables de poursuivre leurs voyages faute de moyen. Les migrants vivent ainsi dans des conditions de précarité avec un accès limité à l’emploi et aux services de bases. En raison de ces mauvaises conditions de vie aggravées par les difficultés d’accès aux soins de santé préventifs, ils peuvent être confrontés à des problèmes de santé graves.

 

Le droit à la santé est un droit humain dans ses dimensions physiques, mentales et sociales. La Résolution sur la santé des migrants, 61st World Health Assembly (WHA), 2008 – Résolution No 17, incite à promouvoir l’accès équitable à la santé (promotion et soins) pour les migrants; à établir des réseaux d’information pour accéder et analyser les tendances au niveau de la migration et la santé; mettre en place des mécanismes pour améliorer la santé de la population en général, incluant les migrants et ce après avoir identifié les lacunes dans les services aux migrants; et enfin partager les bonnes pratiques, sensibiliser et former les professionnels de santé.

 

Dans ce contexte, l’OIM met en place ce projet régional afin d’appuyer les gouvernements dans la gestion de la migration en mettant l’accent sur la promotion de la santé et du bien-être chez les migrants qui transitent par le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Égypte et le Yémen.

 

 

 

 

Détails du projet

Objectifs du projet :

 

En étroite collaboration avec le Ministère de la Santé tunisien et les ONG locales, l’OIM se propose de :

 

  1. Améliorer l’accès aux services de la santé pour les migrants à travers l’assistance humanitaire, médicale directe ou via les partenaires tunisiens.
  2. Appuyer les autorités nationales en matière de politiques de santé/migration afin d’assurer les besoins en santé de la population locale et de la population migrante.
  3. Renforcer les structures et organismes gouvernementaux et non gouvernementaux prestataires de soins afin d’assurer des services de soins adaptés aux migrants.
  4. Informer les migrants sur les services sanitaires disponibles.
  5. Soutenir les structures gouvernementales et non gouvernementales pour répondre aux besoins des  migrants les plus vulnérables (femmes, victimes de la traite, enfants migrants non-accompagnés).
  6. Lancer un dialogue régional et encourager le partage des bonnes pratiques en politiques de santé/migration.

 

Activités du projet :

 

Les objectifs mentionnés précédemment seront atteints par le biais de la réalisation des activités suivantes:

 

Assistance humanitaire et médicale

-Un fond est alloué à l’assistance humanitaire et médicale aux migrants qui s’adressent à l’OIM. Cette assistance est dispensée directement par l’OIM via les partenaires ou en collaboration avec le secteur public et/ou associatif. Cette aide comprendra l’assistance médicale, psycho-sociale et/ou le retour volontaire.

-Les structures gouvernementales ou non-gouvernementales assurant l’hébergement des migrants et surtout des plus vulnérables tels les enfants migrants non-accompagnés, les victimes de la traite et les mères célibataires, seront appuyés.

 

Soutien technique et dialogue en matière de politiques publiques Migration/Santé

-Une table ronde visant à promouvoir la réflexion au sujet de politiques inclusives en matière de migration et santé, sera organisée.

-La collecte et analyse des données recueillies par l’OIM en matière de morbidité et besoins en santé de la population migrante, sera entamée.

-Un dialogue régional au sujet des bonnes pratiques en migration et santé sera organisé et promu. 

 

Des formations spécifiques et ciblées

-Des formations sur les politiques de santé inclusives, collecte des données en migration/santé, gestion des migrants dans les zones à grande densité, protection et référencement des groupes de migrants vulnérables, seront organisées.

-Des formations pour les prestataires de soins portant sur les droits des migrants et plus spécifiquement le droit à la santé, les besoins en santé et les vulnérabilités rattachées à la migration, la stigmatisation, les conséquences de la traite des êtres humains sur la santé, la nécessité de mettre en place des services de soins culturellement adaptés aux migrants, seront organisées.

-Des formations d’éducateurs pairs en matière de santé en collaboration avec le Ministère de la Santé et les ONGs partenaires, seront tenues.

-Des formations au profit de la police et des gardes-frontières en matière de besoins en santé des migrants, basées sur les conventions internationales portant sur les droits des groupes les plus vulnérables de migrants, seront organisées.