« Solidarité Avec Les Enfants du Maghreb et du Mashreq » (SALEMM) en Tunisie

Description du projet

Cofinancé par : l'Union Européenne, le Bureau de la Coopération Internationale de l´Ambassade suisse, le Ministère des Affaires Etrangères italien, le Ministère de l’Intérieur italien, la Fondation San Paolo, la Fondation Cariplo et la Municipalité de Milan

Mis en oeuvre par : Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) à Tunis et le FPMCI (Fondo Provinciale Milanese per la Cooperazione Internazionale)

Partenaires : ANOLF (Association Nationale Sans Frontières), Gouvernement tunisien, organisations de la société civile tunisienne Régions géographiques cibles: Tunisie (Grand Tunis et Sfax)

Période de réalisation: 30 mois (Décembre 2012-Juin 2015)

Site du projet : www.salemm.org ; Page facebook du projet : Salemm Tunisie

Le Contexte

On assiste à une récente recrudescence des flux migratoires vers l’Europe de mineurs et de jeunes provenant de l’Afrique du Nord. C’est notamment le cas de la Tunisie, puisqu´après la révolution de janvier 2011, 40 000 tunisiens, dont des jeunes et des mineurs, ont migré en Europe de manière irrégulière, afin de trouver du travail ou rejoindre leur famille. Mais malgré son ampleur, la question de la migration de jeunes tunisiens est encore mal connue et elle n’a pas été traitée à ses racines.

Dans ce contexte, le présent projet vise à réduire la vulnérabilité des mineurs et des jeunes tunisiens face aux risques de la migration irrégulière et à renforcer leur intégration socio-économique et leur enracinement dans leur communauté, tout en leur proposant des alternatives concrètes et durables à la migration. Le projet régional SALEMM a pour objectif de renforcer les systèmes d’inclusion sociale, culturelle et économique dans 3 pays d’Afrique du Nord (le Maroc, l’Egypte et la Tunisie), afin de prévenir la migration irrégulière des enfants et des jeunes vers l’Europe et les informer des risques de cette démarche. Ainsi, le projet régional SALEMM  est mis en oeuvre dans les provinces de Khouribga et Beni Mellal (Maroc), de Fayoum (Egypte) et au Grand Tunis (Tunisie) ainsi qu´en Italie - Turin et Milan - et en France - Marseille. Ce projet a une durée de 2 ans et demi (2013-2015), et il est développé grâce au soutien financier de l’Union Européenne (80%) ainsi que d’autres organismes co-financeurs, dont le Gouvernement Suisse.

A cet effet, le présent projet contribue au renforcement de systèmes d’inclusion sociale, culturelle et économique en Tunisie, impliquant les instances gouvernementales et les organisations de la société civile tunisienne, afin de construire un système de services sociaux de proximité dans les filières de : (a) l’animation sociale ; (b) la formation professionnelle ; (c) l’orientation éducative, visant la réinsertion scolaire des jeunes par l’éducation formelle et non formelle; (d) psychosociale, comprenant un soutien des familles des jeunes à risque d’émigration irrégulière, pour transformer le projet de migration en un projet d’intégration locale grâce à la création d´alternatives durables. En Tunisie, le projet est développé dans le Grand Tunis et dans le gouvernorat de Sfax par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), en collaboration avec le FPMCI (Fondo Provinciale Milanese per la Cooperazione Internazionale), l´ANOLF Turin (Associazione Nazionale Oltre le Frontiere), et en partenariat avec les autorités tunisiennes responsables des politiques d’inclusion sociale, éducatives, et économiques de mineurs/jeunes, les ONG actives dans le domaine de la protection des mineurs/jeunes et des migrants, et les institutions responsables de la formation des travailleurs sociaux (TS).

Les Objectifs

Plus spécifiquement, le projet propose de:

  1. Promouvoir une meilleure compréhension du phénomène migratoire des enfants et des jeunes tunisiens du Grand Tunis et de Sfax, afin de favoriser l’élaboration de stratégies adéquates au niveau local et au niveau national ;
  2. Réduire la vulnérabilité des enfants et des jeunes à risque de migration irrégulière à travers des mécanismes d’information et de sensibilisation ainsi que la mise en place d‘un système d’inclusion sociale de proximité en vue de créer des alternatives durables pour les jeunes.
  3. Soutenir l’échange et le dialogue Nord-Sud et Sud-Sud pour une meilleure coordination des mesures de prévention, d’accueil et de (ré)intégration des jeunes migrants.

Régions géographiques cibles: Tunisie (Grand Tunis et Sfax)

 

 

 

 

Détails du projet

Salemm

Les Activités

Les principales activités du projet sont :

1.     La réalisation d’une Enquête sur la propension des jeunes et des enfants d’Afrique du Nord à émigrer vers l’Europe (l’Italie et la France) ; et le séminaire national de présentation de l’enquête dans trois pays : en Italie, au Maroc et en Tunisie. Une première présentation pour partager les résultats de l’Etude a été effectuée en Italie en mars 2015, et le partage des résultats en Tunisie sera effectué lors d’un Atelier qui se tiendra à Tunis en Mai 2015.

2.     La formulation de recommandations de politiques publiques pour répondre aux enjeux détectés, à travers la publication des résultats de la recherche (en italien, arabe et français).

3.     La réalisation d’un programme de formation intégré coordonnée par une équipe de 4 co-formateurs nationaux, qui ont formé à leur tour un groupe de 40 intervenants sociaux sur le Grand Tunis et à Sfax.

4.     L'organisation de visites d’échange entre l’Italie et la Tunisie, entre les intervenants sociaux et les autorités locales dans le souci d´un dialogue Nord-Sud et Sud-Sud. La visite d’échange en Italie a été organisée du 16 au 22 Novembre 2014, et celle de la Tunisie aura lieu du 19 au 24 avril 2015.

5.     L'organisation de tables de concertation au niveau local entre les acteurs publics et les associations civiles pour améliorer l’offre de services en matière de filières d´intégration pour les jeunes.

6.     La mise en place des parcours d’intégration sociale, culturelle et économique des enfants et des jeunes à risque de migration irrégulière depuis la Tunisie.

A ce jour, le projet SALEMM a subventionné 15 activités gérées directement par les associations partenaires du projet sur le Grand Tunis et à Sfax. Ces activités destinées au public-cible, s’inscrivent dans les 4 composantes du projet SALEMM :

·         Animation sociale

·         Soutien scolaire

·         Formation professionnelle

·         Soutien psychosocial

7.     La création d’un Guichet d’information sur les voies légales de migration à l’étranger, en octobre 2014, en partenariat avec l’Observatoire National de la Jeunesse (ONJ). De nombreuses sessions d’information sur les opportunités d’emploi, études et stages ont déjà eu lieu notamment avec des représentants de l’Ambassade de la Suisse, de la Roumanie, et de la Finlande. En outre, le Volontariat des Nations Unies a également offert aux jeunes une présentation sur les possibilités de s’engager en tant que volontaire à l’étranger.

8.     L’élaboration d’une Campagne nationale de sensibilisation sur les risques de la migration irrégulière des enfants et des jeunes tunisiens intitulée « 20 jeunes, 20 regards sur les migrations ». Pour cette Campagne, des jeunes ambassadeurs sélectionnés par le projet SALEMM ont produit eux-mêmes 20 courts métrages sur les risques de la migration irrégulière.

9.     L'organisation d’ateliers thématiques réunissant les parties impliquées du projet dans les trois pays : Italie, Maroc et Tunisie.

10.    La participation des acteurs locaux à la Conférence finale à Tunis qui se tiendra en juin 2015 pour présenter les résultats du Projet régional SALEMM et notamment les activités en Tunisie (Grand Tunis et Sfax).

Le projet fera l’objet d’une évaluation externe afin d’identifier les points de force et de faiblesse de l’approche adopté et du processus mis en œuvre ainsi que la cohérence entre les résultats obtenus et les objectifs du projet. Cette évaluation externe sera menée pour les activités réalisées en Tunisie mais plus largement aussi pour l’ensemble des activités du projet régional SALEMM. Les résultats de l’évaluation seront diffusés lors de la conférence finale du projet régional SALEMM, à Tunis, en Juin 2015.

La méthodologie

Le projet est mis en oeuvre sur la base d’une approche communautaire, multidisciplinaire et transnationale, fondée sur la participation des administrations intéressées et sur l’implication active des bénéficiaires, afin de promouvoir une prise en charge du problème au niveau local et national, et de manière à assurer le sentiment d’appropriation collective des résultats de la part des acteurs engagés ainsi que la durabilité des résultats atteints. Cela est assuré à travers un engagement de toutes les parties prenantes dès le début du processus, en identifiant des mécanismes de concertation constante parmi les acteurs impliqués pendant l’implémentation du projet et en assurant une horizontalité des relations ainsi qu´une bonne circularité de l´information et des contributions de toutes les parties engagées.

En effet, la complexité du phénomène migratoire exige que toutes les parties concernées (gouvernementales et non-gouvernementales) des pays d'origine, de transit et de destination - les administrations locales, les experts, les acteurs économiques et sociaux ainsi que les bénéficiaires directs - participent à la définition des instruments de coopération et co-développement local. Le projet vise à exploiter les nouvelles technologies, à travers la création d’un site web, d’un article Wikipedia ainsi que par la création d’une communauté virtuelle pour les TS, en tant qu’instrument de renforcement de leurs compétences y compris l’utilisation, dans le cadre des campagnes d’information, des réseaux sociaux et de Google+, qui représentent d’importants outils de diffusion d’informations, surtout parmi les nouvelles générations.